30/12/2008

Les moulins de mon coeur

decoration

 

Les moulins de mon coeur

 

Tandis que la lune habillé d’émoi

Me berçait dans ses rêves de pluie

Toi sur des parchemins d’ombre

Tu m’écrivais, à la plume de tes larmes

Le bleu de tes mots d’amour.

 

Jamais n’avaient été plus beau

Le cap des regrets,

Les miroirs de l’automne

Quand ils reflétaient en soupir de larmes

Les ruisseaux de ton âme.

 

À flot de rêve sur ton coeur

Je me laissai porter

Par le souffle de tes délires

Déliant de l’onde de ta mémoire

La caresse d’un souvenir.

 

Comme j’étais bien dans tes bras

À l’abri de ces hivers qui gèlent l’absence,

En ces silences endormis au creux de l’émoi

Pour te retrouver, j’effeuillais la brume

Croyant toujours t’y prendre à mes rêves.

 

Mais le cap de l’automne paré de ses regrets

S’invite sur les flots à me parler de toi,

Sans cesse je relis tes mots d’amour

Murmures mettant au fond de mon coeur

Sur mes vieilles déchirures, du bleu à laver.

 

Dans la pénombre de mes ruisseaux de l’âme

La traîné des oiseaux s’est habillée de duvet

Pour y nicher en ma blanche et vieille solitude.

Je ne suis plus pour toi que plume de vent

Et encrier du ruisseau buvant ton ombre.

...

©Janedeau (Du recueil : Les ruisseau de l'âme)

1 2vvtb9x

03:59 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.