17/02/2009

Matin de rêverie

femme oeeQwZXTcVF0og

 

Matin de rêverie

 

Il ruisselle sur mon âme des étoiles de nuit.

L’aube ce matin s’est levé en perle de pluie

Je crois déjà croiser les chemins de tes étés

Car sur mon corps, dorment encore tes baisers.

 

Comme dans mes rêves les plus fous,

Je me réveille tout au creux de tes bras

Avec cette magie dans l’air des vents doux

Me soufflant à l’oreille tendre émoi si bas. 

 

Il y a du soleil qui courre sur tes berges

Des bourgeons de fleurs qui frissonnent.

En toi, les abîmes de ma nuit immerge

Tanguant aux murmures qu’elles entonnent.

 

Nul chant n’est plus doux que tes rivages,

Sauvages prairies qui longent mes côtes.

Et m’emportent sombrer en tes naufrages.

Ô dieu je si suis bien en tes marées hautes.

 

Laisse-moi ancrer ce doux ciel à nos rêveries

Pour que j’y dessine des étoiles à tes yeux,

Et que j’y dépose tout  l’or de tes nuits

Car tu sais, tu es mon seul et unique bonheur.

 

 

©Janedeau 

ac80f228c3

02:31 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2009

Bruines d'étoiles

femme rx91i52c

 Bruines d’étoiles

 Sous la voûte bleuie du ciel errent les émois

Habillés je crois en frissons du désir.

Le printemps encore loin des portes de l’hiver

Passe dans l’enchevêtrement des gouttes de pluie.

Je n’ai plus au cœur aucun espoir de te revoir

De réentendre murmurer nos brises d’été.

Tu t’es envolé sur les ailes du vent,

Sous cet humble lune qui créer les rêves

Et qui s’enfuit bien loin de ma galaxie.

Mon cœur maintenant tangue sur une mer sans âme.

J’ai entre les mains une gerbe de fleurs d’écume

Qui ne portent que des parfums de larmes.

Un jardin d’eau où ne pousse que lit de mousse.

Mille regrets je crois, marquent l’aube

De baisers d’adieu….Tu n’es plus là

Et ton reflet dans les ombres dansantes

Mirée dans un étang de mélancolie

Jette en ma coeur des larmes nostalgiques.

 

 ©Janedeau  (Du recueil : La moisson des rêves)

1 apu-1-kim7wgptos2hncr993755si5

20:33 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Au vagues de tes yeux

couple hvye1r2k

 

Aux vagues de tes yeux

Il est aux vagues de tes yeux des paysages de ciel bleu

Des rêves d’amour qu’en bateau ivre l’on fait à deux.

Des sourires qui porte cent mille lumineux soleil

Des baisers abreuvés aux urnes d’un matin de réveil.

 

Il est aux vagues de tes yeux des forêts de voiles

Blanches comme une nuit pourchassée d’étoiles.

Des lunes qui chevauchent au milieu des rêves

Emportant voguer brumes d’errance sur ta grève.

 

Il est des nuits sous ta paupière maquillé de bleu

Des azurs voilés de lourds secrets et d’aveux

Des promesses oubliées sous l’ombre des genêts

Des mouchoirs d’adieu qui portent les regrets.

 

Il est aux vagues de tes yeux une pluie d’amour

Qui ruisselle en cascade au long fleuve de mes jours,

Abreuvant parfois les saules pleureurs de mon cœur

Faisant croître mes millier de printemps de bonheur.

 

 

©Janedeau  (Du recueil : Les ruisseaux de l’âme) 

1 x28luraa tendrement

 

20:17 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/02/2009

De quoi rêves-tu

lui pense a elle 1fbe3z8x

 

 

De quoi rêves-tu…

 

De quoi rêves-tu

Quand les étoiles quittent le port de ta raison

Et quant te porte la brume en ses ailes d’errance

Le soleil lui, dort sur te mains sans façon

Le jour pointe en griserie de larmes blanche.

 

Vois-tu quand tu t’enfonces dans la nuit

C’est un souvenir qui s’éveille à la lune

Une image qui peint un peu ton ennuie

Et qui te retient sur un lit d’infortune

 

Dis moi pourquoi tant de songes sans raison

Et tant de bateaux ivres encore en partance ?

À quoi penses-tu quand t’écrivent les saisons

Des mots effeuillés qui font tant de romance ?

 

De quoi rêves-tu quand le ciel s’habille de noir,

Quand ta mémoire erre sur des pages d’histoire ?

Est-ce que tu nous vois en ombres du soir

Ébruitant des murmures à ne plus y croire….

 

Dis moi à quoi rêves-tu quand tu es mort…

Quand sous un plafond d’étoiles tu t’endors..

Quand s’enfuient les frissons de ton corps…

Dis moi à quoi rêves-tu quand tu es mort….

  

©Janedeau   (Du recueil : A la traîne des vent)

1 d05l9u8v

 

 

 

02:01 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Quelques souvenirs du passé

femme41nz5_H212250_L

Quelques souvenirs du passé

 

Je relis sur cette page, ses mots du cœur

Ses mots tristes comme une plainte

Qui me rappellent les déserts de ton cœur

 

Je revois s’enfuir l’ombre de tes sourires

Se faner les parfums de notre étreinte

Partir en croisière nos amours qui chavirent.

 

Je n’entends plus l’écho de ta voix

Le vent dans ses habits d’hiver s’est tu

Et je m’enfonce dans des brumes d’émoi.

 

Où est donc passé ce soleil de tes yeux

 En mon cœur ce bonheur inconnu

Mes miroirs de l’ âme sont bien brumeux

 

Ses jours lointains qui reviennent

Refaire en ma tête leur ronde

Emportent des images diluviennes

 

Ruissellent maintenant sur ma vie

Des gouttes de pluie immondes

Les souvenirs du passé sont gris.

 

Je relis sur cette page, ses mots du cœur

Ses mots tristes comme une plainte

Qui me rappellent les déserts de ton cœur

 

Et j’ai envie ce soir de te revoir

De sentir à nouveau tes étreintes

D’y récrire  nos pages d’amour et d’y croire

 

©Janedeau 

      (Du recueil : La moisson des rêves)

1 338442mkzabxfg0a

01:40 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2009

Au puits de l'écho

Image femme de crépuscule

 

Au puits de l’écho

 

Au puits de l’écho, viendra-t-il m’abreuver de ses mots

Entendrai-je encore sa voix aux accords de ma nuit ?

Boirai-je encore de ce vin doux mielleux de ses lèvres ?

 

Reverrai-je en ses yeux la couleur des ciels bleus d’été,

Nos rivages noués des mêmes royaumes d’étoiles

Nous ramènera-t-il au quai des plus beaux rêves d’amour ?

 

Je ne sais plus que croire ni que voir, je me sens si seule.

Le vent en sabot de bois ne chuchote plus que des rumeurs,

Se fait infidèle aux miroirs des mirages de vagues.

 

Sur le clapotis de l’onde, je n’entends que ma détresse.

Ne voit qu’une barque de lune sur les flots de mes pleurs

Je crois que ce ne sont qu’incessants rêves qui divaguent.

 

J’ai l’âme meurtrie, le cœur en éternelles brume de neige

Tout au fond de moi, l’hiver comme un lourd fardeau 

Dentelle de soie blanche mes pauvres errances.

 

 

©Janedeau  (Du recueil : La moisson des rêves) 

barre ligne avec fleur tournesol

22:53 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soir de lune

femme_jardin

 

Soir de lune

 

Au jardin de nos ivresses, ce soir la lune écrit

Des mots d’eau qui font des vagues sur mon coeur .

Le chant des étoiles au pré du ciel qui luit

Ne chantent plus que des refrains de doux bonheur.

 

J’attends toujours ton retour aux bras du vent

Me laissant câliner par sa douce brise de rêverie

Écoutant l’écho des oiseaux qui se font roucoulants

Puisant mes rêves dans l’onde de mes griseries.

 

Comme sont donc belles ses fleurs qui enivrent.

Je sens m’envoûter les parfums de ton jardin,

Me rappeler à ses doux souvenirs qui grisent

Encore l’âme de ma nuit attendant ton clair matin.

 

Ce soir de lune n’appartient plus qu’à nous.

Je l’ai couché dans l’écrin de mon cœur.

Les vagues bleues au lit des remous

N’écrivent plus que des mots de bonheur.

©Janedeau  (Du recueil: Les ruisseaux de l'âme)

1 krwjarxn

22:46 Écrit par Jane Deau dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |